Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 08:03

tncharlytutu1078158537.0163

 

Mardi 23 août 2011

 

Les traces – visibles – de la pire marée noire depuis dix ans dans les eaux britanniques ont finalement disparu. Lundi 22 août, le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell a annoncé que la nappe d’huile qui flottait en fin de semaine dernière au large des côtes écossaises s’était dispersée. Plus aucune goutte de pétrole ne s’échapperait de l'oléoduc de la plateforme pétrolière Gannet Alpha, alors que les deux fuites qui s’étaient déclarées le 10 août dernier seraient désormais colmatées.

 

 Au final, ce sont 218 tonnes de pétrole (1 500 barils) qui se sont écoulées en mer du Nord, soit davantage que la somme des fuites annuelles d'hydrocarbures recensées dans la région au cours de la dernière décennie. Sans compter que le risque de nouvelle fuite perdure, puisque Shell doit encore trouver comment vidanger les 660 tonnes de pétrole encore contenues dans l’oléoduc endommagé.

 

Si l’accident s’avère toutefois sans commune mesure avec la marée noire du 20 avril 2010 aux Etats-Unis, lors de laquelle des dizaines de millions de tonnes de brut s'étaient déversées dans le golfe du Mexique, le groupe Shell, et plus largement la sûreté des installations pétrolières en mer du Nord, est néanmoins aujourd’hui sévèrement étrillé. Car après l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon de BP, les compagnies pétrolières avaient vanté les forages en mer du Nord comme les plus sûrs au monde, arguant qu’une telle catastrophe ne pourrait jamais se produire dans les eaux britanniques.

 

La réalité est bien différente, tant les défaillances des équipements, souvent vétustes, sont monnaie courante dans la région. Selon une enquête publiée dimanche par le journal écossais The Sunday Herald, qui se base notamment sur un récent décompte du Health and safety executive (HSE), l'organisme britannique de contrôle de la sécurité, la sûreté à bord de 96 % des installations en mer du Nord est insuffisante et 20 % d'entre elles montrent de "sérieuses défaillances".

 

Shell, qui contrôle 15 % de la production de la zone, à travers ses 30 plateformes, est tout particulièrement visé : l’opérateur a été sanctionné 25 fois au cours des six dernières années pour des manquements aux règles de sécurité, ce qui en fait la pire compagnie pétrolière britannique en termes de sûreté de ses installations.

 

Dans la liste des 21 infractions imputées au pétrolier, que livre le Sunday Herald, on retrouve fréquemment l’entretien défaillant des équipements et en premier lieu des oléoducs – manquement qui a notamment débouché sur les fuites de la plateforme Gannet Alpha –, la non-déclaration d’un incident dangereux au HSE ou encore des défauts de protection des ouvriers contre des substances chimiques dangereuses. Et cette énumération d’incidents ne concerne que ceux pour lesquels Shell a été condamné à une amende ou reçu une réprimande officielle.

 

Shell a par ailleurs été poursuivi à quatre reprises depuis 2005, pour des accidents dans les terminaux gaziers de Bacton, de Fife et d’Ellesmere Port et sur la plateforme pétrolière Clipper en mer du Nord. Au total, la compagnie a dû débourser plus d’un million d'euros en amendes et frais de justice. Soit un record comparé aux autres compagnies pétrolières qui enregistrent, elles, deux poursuites depuis 2005 pour le groupe Talisman, et une seule pour BP, Total, Amec et Nexen. Shell risque par ailleurs d’aggraver son cas puisque le gouvernement britannique a ouvert une enquête sur la marée noire du 10 août et pourrait décider d’engager des poursuites pénales.

 

Mais Shell est loin d’être le seul mise en cause. Son compatriote BP a ainsi fait l'objet de pas moins de 20 blâmes, depuis six ans, pour des manquements aux règles de sécurité, tandis que le pétrolier danois Maersk enregistre un record de 33 rappels à l’ordre par le HSE – sans toutefois être passé devant les tribunaux. Au total, selon des documents révélés par le Guardian le mois dernier, les déversements importants et dangereux de pétrole ou de gaz se succèdent depuis des années en mer du Nord, au rythme d’un par semaine, et ce dans la discrétion la plus totale.

 

Ces chiffres, qui sapent les discours rodés des compagnies pétrolières assurant tout faire pour améliorer la sécurité de leurs plateformes, inquiètent chercheurs et associations écologistes quant à la volonté des compagnies de forer en Arctique, où les réglementations sont moins strictes et où évoluent une faune et une flore uniques dans le monde. Shell, qui a reçu l'autorisation de l'administration américaine d'effectuer, à partir de l’an prochain, des forages exploratoires en Alaska, a indiqué être prêt à déployer "le plus important dispositif jamais préparé par l'industrie en cas de fuite".

 

"La marée noire en mer du Nord prouve très clairement que les compagnies pétrolières ne peuvent rien garantir en termes de sécurité, et encore moins en Arctique, où un déversement de pétrole serait pratiquement impossible à nettoyer, assure Ben Stewart, un des porte-parole de Greenpeace Angleterre. Alors que BP a fait appel à 6 500 bateaux pour nettoyer le golfe du Mexique, Shell n’aura accès qu’à une flotte bien plus réduite si ses plateformes en Arctique subissaient un accident. Par ailleurs, les températures glaciales empêcheraient le pétrole de se décomposer naturellement et la banquise entraverait le nettoyage."

 

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/08/23/le-forage-de-petrole-offshore-epingle-en-mer-du-nord/

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg