Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 12:13

hara_kiri-1.jpg

Le sénateur UMP de la Sarthe Marcel-Pierre Cléach confirme le diagnostic posé par la Cour des comptes dans son rapport resté secret.

En découvrant les principales conclusions du rapport de la Cour des Comptes que nous publions, Marcel Pierre Cléach, également auteur d'un rapport critique sur le sujet intitulé "L'apport de la recherche à l'évaluation des ressources halieutiques et à la gestion des pêches" en 2008, confirme : "Oui, c’est tout à fait ça, Une gestion de la paix sociale et pas grand-chose d’autre qui puisse assurer la pérennité des ressources pour les pêcheurs ».

Une profession en train de s’autodétruire

"Ce n’est pas de gaieté de cœur que je vois que cette profession est en train de s’autodétruire ; Savez-vous que chaque année grâce à l’avancée des technologies, la puissance de pêche des bateaux augmente de 4% et que ça annule pour partie l’effet des quotas", interroge-t-il. Avant d'ajouter : "En 2008, j’étais très minoritaire, alors que personne n'avait contesté mon rapport publié par l’Office Parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques".

"Attention, poursuit-il, je ne prétends pas que la réforme soit facile. Je mesure la difficulté. Mais je préfère soutenir à le long terme dans l’intérêt de la profession. Or là, j’ai le sentiment que tout le monde attend l’extinction des poissons".

"Je suis vraiment surpris, note-t-il enfin, que ce rapport de la Cour des Comptes n’ait pas été rendu public et je compte bien demander sa transmission aux parlementaires dans les plus brefs délais".


"Je discutais récemment avec un collègue de la brutalité des mesures européennes, la concurrence déloyale qui sévit sur les mers, et la variabilité annuelle des quotas qui empêche toute prévision, dans le débat PCP [Politique de la Pêche, NDLR] en discussion au Sénat.

"Le front du refus", une position française constante

Voici ce que je lui ai dit : "Il y a donc une position française constante qui rassemble les professionnels, les parlementaires et les ministres successifs. C’est, un peu, malgré quelques évolutions, le front du refus. Sans doute cela part-il de louables intentions : préserver l’industrie de la pêche, le travail des pêcheurs, et partant l’économie de nos zones côtières, ainsi que le savoir-faire français en la matière, mais est-ce vraiment rendre service au monde de la pêche que de vouloir ignorer la réalité et gagner du temps ? Pour ma part, je ne le crois pas. j’ai acquis la conviction que seule une politique de vérité et de long terme permettra la restauration des stocks halieutiques d’ici 2020 et par conséquent, la renaissance économique et sociale du secteur".


Propos recueillis par Guillaume Malaurie

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans ressource
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg