Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 11:29

arton3820

Faits divers mardi 15 janvier 2013
*

Depuis le naufrage du Bugaled Breizh, le 15 janvier 2004, (cinq morts ou disparus), l’enquête se poursuit. Le rapport sur l’origine des traces de titane relevées sur les câbles du chalutier est attendu dans les prochains jours.

 


Il est 13 h 23, ce 15 janvier 2004, lorsque le Bugaled Breizh, chalutier de vingt-quatre mètres immatriculé à Loctudy (Finistère), sombre dans les eaux internationales, au large du cap Lizard, en Cornouailles. À bord- Yves Gloaguen, Pascal Le Floch, Patrick Gloaguen, Georges Lemétayer et Eric Guillamet.- qui sont morts ou dont les corps n’ont pas été retrouvés. L’épave a été renflouée en juin 2004, à la demande des familles.


Deux rapports attendus


Le bateau a coulé dans une zone de manœuvres militaires de l’Otan et d’exercices de la Marine britannique. Le Bugaled a-t-il été accroché par un sous-marin militaire ? Heurté par un cargo ? Victime d’un accident de pêche ? Depuis neuf ans, les familles de victimes sont dans l’attente.


Aujourd’hui, du côté du parquet de Nantes, on assure que le dossier est toujours ouvert.

 

Les juges d’instruction, Jacky Coulon et Robert Tchalian, en charge du dossier depuis la suppression du pôle d’instruction du tribunal de Quimper, attendent deux rapports.


Le premier porte sur l’origine des traces de titane relevées sur les câbles.

 

Ces documents auraient dû être remis avant le 31 décembre 2011. « Des analyses complémentaires ont été demandées. Le rapport est en cours de rédaction. On l’attend dans les prochains jours. En fonction de ce que vont dire les experts, la suite sera cruciale. On ne sait pas encore si ça débouchera sur des mises en examen », explique Jacky Coulon.


L’autre rapport porte sur la position des sous-marins au moment du naufrage.

 

Le ministère de la Défense, précise que « tous les éléments classés confidentiels défense et demandés par la Justice ont été fournis ».


Les journaux de navigation des sous-marins lanceurs d’engins (les SNLE) de la Marine sont eux classés secret défense et n’ont pu donc être communiqués. « Au vu des éléments dont nous sommes déjà en possession, assure le juge Coulon, nous n’avons pas besoin de ces journaux », ajoute le juge d’instruction. « Je peux vous assurer que tout ce qui a été demandé au ministère a été communiqué. »


Les radeaux de survies en question


Michel Kermarrec, l’affaire est entendue. « Un sous-marin est clairement à l’origine de la collision ». L’avocat de Michel Douce, l’armateur du Bugaled Breizh pointe deux incohérences du dossier : la question du radeau de survie non-identifié, et celle de la position du Turbulent, sous-marin britannique. « Trois radeaux ont été vus, soit un de plus que ceux du Bugaled. Nous sommes certains qu’un hélicoptère, présent sur la zone, participait aux exercices militaires de l’Otan ou de la Royal Navy. L’hélicoptère a été témoin du naufrage et a lancé un radeau sur la zone du drame. »

*

Maël FABRE.

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Naufrage-du-Bugaled-Breizh.-Neuf-ans-de-questions_40818-2153286_actu.Htm

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans sécurité maritime
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg