Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 12:29

2008_scoubidou_dsc05760-5effa.jpg

*

11 avril 2013 - 

*

Des maires de communes littorales sont inquiets des conséquences que pourrait avoir une récolte trop importante de l'algue hyperboréa, au moyen du peigne tracté, méthode expérimentale depuis... 15 ans,  au coeur du Parc naturel marin d'Iroise.

*

Dans un courrier en date du 8 février, Raymond Mellaza, maire de Lanildut, et Didier Le Gac, maire de Lampaul-Plouarzel, ont interpellé Pierre Maille, président du parc marin d'Iroise, sur la question de la récolte de l'algue hyperboréa. « Maires de communes littorales dont les développements respectifs ont toujours été étroitement liés à l'exploitation de la ressource maritime, quelle que soit sa forme: poissons, crustacés, goémons, sable, etc. ,  nous souhaitons aujourd'hui attirer votre attention sur les conséquences prévisibles d'une récolte trop importante de l'algue "laminaria hyperborea" », disent les deux élus.


Expérimentée depuis 15 ans

« Nous craignons, en effet, que cette pêche ne vienne mettre à mal l'équilibre déjà fragile des différents usages de la mer d'Iroise. Ainsi, contactés récemment par les agents du parc marin, dans le cadre d'une démarche de concertation que nous saluons par ailleurs, nous avons appris que la récolte allait considérablement augmenter dans les mois à venir (elle devrait passer de 10.000 à 30.000 tonnes, NDLR).

 

« La récolte, qui se fait à l'aide d'un peigne tracté sur le fond, est toujours autorisée, à ce jour, à un seul stade expérimental, et normalement soumise à dérogation.

 

Tant que l'impact de cette expérimentation n'aura pas été évalué, nous nous étonnons que les tonnages annuels de cette récolte puissent être augmentés de la sorte. Nous craignons que cette méthode du peigne cause des dommages irréversibles. « Nous pensons que ce dossier doit être emblématique de la démarche de concertation qui anime votre conseil de gestion où tous les usagers de la mer d'Iroise sont représentés. Des propositions pourraient être formulées à l'attention des professionnels de cette pêche : respect des périodes de reproduction, identification des bateaux dans les zones, et secteurs autorisés, débarquement surveillé, sanctuarisation de plusieurs secteurs... ».

Inquiets pour l'emploi

La récolte de l'algue hyperboréa est, en effet, effectuée au coeur de l'aire marine protégée. « Nous ne sommes pas contre la récolte de cette algue, poursuit Jean-François Rocher, maire de Molène, car les goémoniers doivent travailler. Mais nous nous inquiétons : dans 20 ans, les pêcheurs vont nous dire qu'il n'y a plus rien à pêcher. Il ne faut pas concentrer la récolte de cette algue uniquement sur la côte nord. La méthode du peigne norvégien n'est pas adaptée à nos fonds marins.

 

Le croc retourne des blocs de plusieurs tonnes. Il n'y a plus d'habitat pour la faune. C'est une expérimentation qui dure, avec des engins plus gros qu'initialement.

 

Les goémoniers ont amélioré le matériel mais il faut une autre méthode de récolte ». Une vidéo réalisée par les responsables techniques du Parc naturel marin d'Iroise atteste des dégâts sur la faune et sur la flore. « Consulté, le responsable scientifique de la mission au parc marin d'Iroise n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

 

Il est prématuré d'en parler, a assuré Philippe Le Mihillot. Une réunion, avec tous les acteurs du secteur, est en effet programmée le 15 mai ». Les pêcheurs plaisanciers et les pêcheurs professionnels côtiers du secteur des Abers, inquiets, veulent être consultés. « Nous n'avons aucune velléité contre les goémoniers mais nous voulons être conviés à cette consultation.

 

Nous n'étions pas au courant de cette augmentation conséquente de la récolte, indique François Le Berre, président de l'association Pêche promenade, de Porscave, à Lampaul-Plouarzel. Nous savons que des secteurs de pêche vont être ouverts et que d'autres zones seront fermées pour cinq ans. La faune reviendra-t-elle ? La flore repoussera-t-elle ? La ressource pourrait disparaître. Les pêcheurs n'auront plus de travail ». Par courrier en date du 11 mars, Pierre Maille a confirmé que le conseil de gestion du Parc naturel marin d'Iroise était pleinement engagé pour répondre aux interrogations soulevées.

  • Karine Joncqueur

http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/parc-marin-la-recolte-d-algues-inquiete-11-04-2013-2066362.php

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans littoral parcs îles
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg