Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 11:29


14 décembre 2010 -

 

Comme chaque année, les ministres de l'Union européenne ont entamé hier leurs âpres négociations sur les quotas de pêche. Plus que jamais, la partie s'annonce serrée.



Correspondance à Bruxelles.


La partie est rarement facile pour les pêcheurs venus défendre chaque fin d'année à Bruxelles leurs droits de pêche, lors du traditionnel conseil des ministres de la pêche de fin d'année. 2010 ne fera pas exception. Maria Damanaki, la commissaire grecque, qui a pris en février le relai du Danois Joe Borg, se montre encore plus décidée que son prédécesseur à tout faire pour assurer la reconstitution des stocks dans les eaux européennes. «Elle veut terminer son mandat en disant: j'ai sauvé les poissons. Les entreprises et les hommes ne comptent pas», déplorait hier soir Pierre-George Dachicourt, le président du Comité national des pêches (CNPMEM). La négociation s'annonce difficile. Estimant que six stocks de poissons sur 10 étaient actuellement menacés car surexploités, la Commission a proposé une baisse moyenne des quotas de 10%. Cette baisse atteint 50% pour le cabillaud en mer du Nord. Bruxelles met en outre l'accent sur la réduction de l'effort de pêche qui peut aller jusqu'à moins 15 ou 18%. «On ne négocie pas avec la nature», avait dit la commissaire grecque le mois dernier.

Marge réduite

«Pour un artisan qui travaille en Mer du Nord, cela veut dire qu'il ne pourra plus être en mer que 155 ou 160 jours au lieu de 180», explique Pierre-Georges Dachicourt. «Quand la Commission ne peut plus verrouiller les quotas, elle réduit l'effort de pêche», dit-il. Hier soir, les professionnels rencontraient le ministre Bruno Le Maire. Sa marge de manoeuvre s'annonce réduite. Le Conseil pêche reste une négociation à vingt-sept. Mais Paris regrette ce qu'il considère comme une surenchère de la Commission sur les avis scientifiques du Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM).

Écouter les scientifiques

«Je ne suis pas au fond de la mer à compter les poissons, pas plus que la Commission, il faut s'en tenir aux avis scientifiques», a dit hier le ministre. La baisse du quota de sole en Manche Est (-1%) ou la langoustine en Sud Bretagne (-15%) est considérée comme injustifiée. «On devrait plutôt distribuer les bons points», estime André Guéguen, le directeur de l'Organisation de pêcheries de l'Ouest Bretagne. «Mais c'est une carte dans le jeu de la Commission», dit-il. Le plan de reconstitution du cabillaud se traduit également par une baisse de la pêche de 15 à 50% selon les zones. Les négociations devaient se poursuivre hier dans la soirée et aujourd'hui. Les organisations environnementales, elles, critiquent comme chaque année la révision à la hausse des possibilités de pêche proposées par la Commission. «Le Conseil devrait aller au-delà de ce que propose la Commission qui ignore 30% des avis scientifiques», estimait hier l'ONG Océana.

  • Florence Autret

http://www.letelegramme.com/ig/generales/economie/peche-cacophonie-autour-des-quotas-14-12-2010-1146791.php

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans ressource
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg