Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 14:23

26-09-DessinJour-Burki

*

C'est un autre dommage de la tempête. Profitant du très mauvais temps, les cargos sont plus nombreux à dégazer au large de la Bretagne. La mer démontée ayant vite fait de disloquer les traces.

*

Le nombre d'oiseaux mazoutés retrouvés à la côte est un indicateur qui ne trompe pas. Depuis Noël, le nombre d'oiseaux morts mazoutés ou très mal en point a explosé autour de la pointe bretonne. Dans les Côtes-d'Armor, la station LPO de l'Ile Grande (Pleumeur-Bodou) a accueilli en trois semaines le nombre d'oiseaux mazoutés habituellement récupérés en une année! « Avec 44 oiseaux mazoutés depuis Noël (dix autres arrivent ce matin du Morbihan), notre centre de soins est bien sollicité », explique Gilles Bentz qui pointe clairement du doigt les mauvaises conditions météo incitant les cargos à dégazer.Le spécialiste observe que la traque des bateaux pollueurs a fait considérablement baisser le nombre d'oiseaux mazoutés depuis 2000. Mais à chaque période de mauvais temps, la tendance s'inverse.
*
Pas que volontaire
*
Pour l'ancien commandant de marine marchande Alain Jégu, secrétaire général de l'association française des capitaines de navires, le mauvais temps ravive les mauvaises habitudes, surtout à bord des plus petites unités. « C'est plus difficile d'ouvrir les vannes sur les plus gros cargos dont les registres et les quantités de boues d'hydrocarbures sont très surveillés ». « Sur les plus petits, la pratique persiste, les traces ne restant pas longtemps dans une mer formée ».D'ailleurs, au plus fort des coups de tabac, on se doute que les avions sont moins nombreux à patrouiller. Alors pour se débarrasser d'un fond de cale ou de caisse bien encombrant ou pour solder un ennui technique, certains n'hésitent pas à purger dans la tempête.Le mauvais temps et les coups de boutoir sur la coque peuvent aussi être à l'origine de difficultés techniques, comme d'une vanne bloquée en position ouverte. La vanne trois voies des séparateurs à eau mazouteuse peut ainsi dysfonctionner, en toute bonne foi.
*
Calme meurtrier
*
Malheureusement, ces nappes fractionnées par le mauvais temps deviennent de redoutables pièges pour les oiseaux de mer. Epuisés par les coups de vent successifs où ils peinent à trouver leur nourriture et dépensent un maximum d'énergie à rester à la surface, ces oiseaux, pensent trouver dans ces surfaces calmées par les irisations (les hydrocarbures figent la surface de l'eau) une zone de répit. Mais couvertes de pétrole, leurs plumes perdent de leur étanchéité.Les équipages qui traquent ces navires pollueurs reconnaissent que la recherche de preuves s'avère largement plus délicate par mauvais temps. Etablir devant un tribunal qu'une irisation correspond bien à un navire suspecté n'est déjà pas une mince affaire par beau temps, belle mer.   Stéphane Jézéquel 8 janvier 2014 à 13h56

*

La traque sans relâche des patrouilles de surveillance

*

Du côté de l'action de l'État en mer pilotée par le préfet maritime, « on table sur une efficacité du dispositif de surveillance dans la durée ».« Les constatations de pollution ont été diminuées par dix depuis la tenue des grands procès brestois », résume Lionel Delort, porte-parole du préfet maritime de l'Atlantique. « Un avion des Douanes est déployé en Manche ou Atlantique quotidiennement, avec une mission sur deux dédiée à la lutte contre la pollution. Et je peux vous assurer que les vols ne sont pas systématiquement suspendus par mauvais temps ! ».Les pilotes d'aéronefs de la Marine (Falcon, Atlantique et hélicoptères) sont également formés et habilités à constater ces pollutions en mer. « Nos équipages sont suffisamment aguerris pour travailler au coeur de l'hiver. La constatation est plus difficile par mer formée mais est loin d'être impossible, grâce notamment aux systèmes qui permettent de prouver les rejets immédiats du navire (différentiels de température) ».Il faut ajouter à cette surveillance régulière le balayage des satellites d'observation qui permettent de diriger les aéronefs pour relier les traces de pollution aux navires émetteurs.Mais comment contrer la détection des aéronefs de surveillance par les cargos qui, pour les mieux équipés d'entre-eux, sont aujourd'hui capables de suivre sur leurs écrans la ronde des appareils de surveillance ?

 

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/pollution-les-cargos-profitent-de-la-tempete-08-01-2014-2360794.php

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg