Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 12:29


6 janvier 2011 à 11h52 - 

 

Quatorze cargos pris en infraction de pollution en 2004. Huit en 2005. Deux en 2009. Un seul en 2010. Les pollutions en mer auraient-elles autant diminué autour de la Bretagne? Ou la surveillance seserait-elle relâchée?


 

>> Une question de priorités ?
>> Des ordres donnés aux commandants ?

La chasse aux bateaux pollueurs n'est plus ce qu'elle était. Faut-il s'en réjouir ? Les optimistes estiment que le message est passé, que les pollueurs volontaires ontbien pris en compte la menace. Il serait devenu trop coûteux de polluer à la pointe bretonne. Mais d'autres préfèrent avancer l'argument de la diminution du nombre et de la fréquence des patrouilles aériennes.

Ni vu ni connu?

Avec moins de «gendarmes» sur les autoroutes de la mer, le nombre d'infractions constatées baisse automatiquement. Et si les pollutions en mer intervenaient plutôt la nuit? Habitués à quadriller la zone Atlantique, les pilotes de la douane disent ne pas en constater davantage. Même pas au petit matin, avec un nombre de pollutions isolées (orphelines) qui seraient également en diminution.

 

L'avion spécialisé des douanes (Polmar) qui utilise, la nuit, son système de balayage radar, rentre systématiquement bredouille. D'ailleurs, àce jour, aucune affaire de constatation nocturne n'est arrivée sur le bureau d'un procureur français. Des avocats spécialisés soutiennent que ces preuves nocturnes ne tiendraient pas longtemps devant un tribunal. Impossible de déterminer l'ampleur de la pollution à l'aide de ce cliché radar. Seul le code couleur des clichés diurnes permet, à ce jour, d'avoir une idée de la densité de la traînée d'hydrocarbures. À quoi sert alors ce système d'identification nocturne?

 

Pour l'instant, à rien, puisqu'aucun constat nocturne n'a été fait ni aucune procédure ouverte dans ce sens en France. De son côté, le directeur régional des douanes (garde-côtes de Nantes), François Brivet, soutient que le niveau de surveillance entre Saint-Malo et Hendaye et jusqu'à 200 milles des côtes ne s'est pas relâché depuis 2003. «Nous avons le même nombre d'appareils (six) et une exigence similaire de surveillance. Tout indique que la politique répressive engagée depuis 2003 en zone Atlantique a un réel impact, appuie-t-il. Les rares pollutions aujourd'hui observées sont de plus petites tailles et souvent discontinues, preuve que la crainte de se faire prendre existe bel et bien».

Entre 150 et 200 cargos par jour

Des consignes ont-elles été passées à bord de chacun des 150 à 200 navires de commerce qui croisent chaque jour au large de la Bretagne? On peut en douter, vu la densité et la diversité du trafic nord européen. La preuve, avec ce vraquier chinois pris en flagrant délit àl'entrée du rail, le 16novembre dernier, à moins de 100 km au Sud-Ouest d'Ouessant. À moins que les traînées observées dans son sillage soient issues des résidus liquides de ses 39.000tonnes de charbon transportées.

  • Stéphane Jézéquel

http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/pollutions-en-mer-flagrants-delits-en-baisse-06-01-2011-1166592.php

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans nucléaire
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg