Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 13:39


16 décembre 2010 -

 

Comme tous les ans, c'est sur un compromis qu'ont débouché les discussions menées à Bruxelles sur les quotas de pêche. Avec des demandes globalement satisfaites, la France s'en sort même plutôt bien.

Correspondance à Bruxelles.


Il est généralement déplacé de crier trop vite victoire quand la bataille a été âpre. Pourtant, les négociateurs français des quotas de pêche 2011, qui ont interrompu leurs travaux au milieu de la nuit de mardi à mercredi, seraient fondés à le faire. Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche Bruno Le Maire est rentré à Paris la mallette pleine de poissons. Les «gains» obtenus par rapport aux propositions initiales de la Commission européenne se comptent en millions d'euros. Pour la seule langoustine du Golfe de Gascogne, où Bruxelles recommandait une baisse de 15% des droits de pêche, lesquels ont finalement été reconduits, les possibilités de pêche supplémentaires avoisinent les 4 millions d'euros. L'augmentation de 10% du quota de sole en Manche Est représente un chiffre d'affaires de près de 3 millions, selon des sources bruxelloises.

La plupart des demandes satisfaites

Mis à part la raie et la mante, dont la commissaire Maria Damanaki avait fait un point dur de sa position, la plupart des demandes françaises ont été satisfaites. Les pêcheurs se plaignaient de la réduction de l'effort de pêche, qui les obligent à rester au port une partie de l'année. Ils ont finalement obtenu la reconduction de cet effort dans la zone de reconstitution du stock de soles en Manche Ouest (en plus d'une hausse du TAC), tandis qu'une partie de l'effort en Ouest Ecosse a pu être reporté en Mer du Nord. L'instauration d'un régime d'effort de pêche en Mer celtique a été pour l'instant abandonné. « Nous sommes relativement satisfaits sur les quotas, mais nous avons un problème avec la Mer du Nord qui semble devenu emblématique pour la Commission », commentait hier Pierre-Georges Dachicourt, le président du comité national des pêches (CNPMEM).

«Seuil de durabilité»

La Commissaire Damanaki assurait n'avoir passé aucune des «lignes rouges» qu'elle s'était données. Elle ambitionne de ramener l'exploitation des stocks sous un seuil dit de «durabilité» d'ici 2015. « La décision du Conseil de ne réduire les possibilités de pêche que de 4,5% en 2011 manque d'ambition car les TAC approuvés vont en pratique empêcher les stocks de croître et les maintenir dans un état de surexploitation », a estimé de son côté l'ONG Oceana.

«Feu vert à la surpêche»

Alors que le WWF salue «un pas dans la bonne direction», Greenpeace estime au contraire, que les négociations ont abouti à «un feu vert à la surpêche».

 

http://ec.europa.eu/fisheries/cfp/fishing_rules/tacs/index_fr.htm

  • Florence Autret

http://www.letelegramme.com/ig/generales/economie/quotas-les-pecheurs-francais-sortent-gagnants-16-12-2010-1149405.php

Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans ressource
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg