Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 10:30

ports

C'est en grande pompe qu'a été signée à Paris la lettre d'intention de commande de l'armateur MSC pour deux paquebots aux Chantiers navals STX de Saint-Nazaire, avec deux autres en options.

 

Le patron du chantier naval et l'armateur ont eu la politesse de renvoyer l'ascenseur au gouvernement, qui ne leur refuse rien, en signant ce contrat en présence du ministre de l'Économie et des Finances trois jours avant le premier tour des élections municipales.


Chacun y est allé de son trophée : 3 milliards d'euros de commande pour STX si les navires sont confirmés, 16 millions d'heures de travail à annoncer pour le gouvernement, qui ne veut pas manquer une occasion, car elles sont rares, de tenter de faire croire qu'il lutte pour l'emploi.


Mais en plus de cette annonce, le patronat et le gouvernement avaient un autre message à faire passer. La signature de ce contrat commercial, et c'est une première, s'est faite en présence de dirigeants nationaux des fédérations syndicales de la CFDT et de la CFE-CGC. Tous ont ensuite paraphé un Pacte social de compétitivité. Une mise en scène préparée de longue date pour tenter de faire croire aux travailleurs, bien au-delà des chantiers navals, qu'en acceptant des sacrifices, on peut espérer conserver son emploi en aidant son patron à décrocher des commandes. À Saint-Nazaire, les grèves et les débrayages des travailleurs de la navale, qui se sont étalés sur des mois, ont poussé la direction à édulcorer son projet initial de hausse non rémunérée du temps de travail. Mais elle a, malgré tout, trouvé des syndicats pour signer un accord gelant sept jours de congés chaque année pendant trois ans et supprimant quelques primes.

 


Mais contrairement à ce que voudrait faire croire la direction, elle n'a pas eu besoin de cet accord pour signer une telle commande. Les économies escomptées par l'accord de compétitivité aux chantiers navals ne vont pas excéder 1 % du prix de la commande MSC. Ce chiffre, avancé par la direction, n'est d'ailleurs rien par rapport à ce que gagnent le constructeur, les différents fournisseurs et les banques qui avancent l'argent à un taux très avantageux pour elles. Mais tous ceux-là considèrent que c'est aux travailleurs de faire des sacrifices.


Le vrai résultat de tels accords est qu'il supprime des emplois en augmentant le temps travaillé pour chaque salarié. Aux Chantiers, cet accord supprime l'équivalent de 100 emplois. Et les gains de ces accords vont grossir les comptes des actionnaires des chantiers, des banques et des armateurs sous le regard bienveillant du gouvernement et même avec sa complicité active.


L'annonce de cette nouvelle commande a d'ailleurs été accueillie plus fraîchement que d'habitude par les travailleurs des chantiers navals. Avec un paquebot actuellement en construction, la plupart des services sont déjà totalement saturés, et tout le monde se demande avec quels moyens les nouveaux navires pourront être conçus et construits. L'effectif est en effet au plus bas et les embauches se font au compte-gouttes quasi exclusivement sur des postes de cadres dont on se demande bien... qui ils vont finir par encadrer. Quant aux travailleurs sous-traitants, beaucoup sont inquiets et craignent de faire les frais d'une concurrence sociale violente organisée par la direction des chantiers. Elle fait travailler côte à côte des ouvriers aux horaires et aux niveaux de salaires très différents, pour conserver en général ceux qui lui coûtent le moins cher : les travailleurs « détachés ». Ceux-ci, qui viennent très souvent de l'est de l'Europe, ont l'avantage légal pour le patron de lui coûter des cotisations sociales bien plus faibles que celles d'ici. Ils ont aussi l'avantage moins avoué d'être taillables et corvéables à merci, avec peu de possibilités de protester quand les normes locales sont allègrement piétinées, en ce qui concerne, par exemple, la durée de la journée de travail.


Le fait qu'il puisse y avoir, pour une période non négligeable, une charge de travail qui mette un terme au chômage partiel ou total que connaissent les travailleurs de la navale a au moins un aspect positif : elle met les salariés en meilleure situation pour faire entendre leurs revendications, dont notamment l'embauche en CDI des intérimaires et sous-traitants. De même que celle d'avoir sur le chantier un même statut, en termes de salaire et de conditions de travail, quelle que soit l'origine des travailleurs concernés.

Correspondant LO

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2382&id=18


Partager cet article

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans arsenaux & chantiers navals
commenter cet article

commentaires

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg