Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 13:13

oiseau mazoute

L’exploitation pétrolière pollue les eaux de l’océan atlantique, ont dénoncé jeudi 7 novembre des pêcheurs angolais et congolais. Ils l’ont dit lors d’un séminaire sous-régional sur l’exploitation pétrolière transfrontalière RDC-Angola organisé dans la cité de Moanda, à 230 kilomètres de Matadi, dans le Bas-Congo.

 

Pour le représentant des pécheurs de l’Angola et de la RD-Congo, cette pollution est à la base de la disparition de différentes espèces de poissons.

« Quand il y a pollution dans l’océan, les conséquences sont énormes. Il y a des espèces de poissons qui s’éloignent qui meurent. La reproduction des poissons est difficile. Les pêcheurs souffrent et restent sans travail », a affirmé le président de l’association des pécheurs de Soyo Angola, Antonio Agosto.

Il sollicite l’implication des autorités des deux pays et la sensibilisation des responsables des entreprises pétrolières pour mettre fin à cette situation.


Dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat de la RDC sur la pollution causée par l’exploitation pétrolière dans le Bas-Congo présenté vendredi 8 novembre, les sénateurs ont mis en cause l’entreprise pétrolière Perenco Rep.


Les sénateurs ont déploré « l’irresponsabilité » du gouvernement face à la pollution de la cité de Moanda. Ce rapport est la conclusion d’une enquête lancée après la mise en place de la commission en décembre 2012. 28 novembre 2013

 

Source : http://radiookapi.net

 

http://www.afriquesenlutte.org/afrique-centrale/congo-kinshasa/article/l-exploitation-petroliere-pollue-l

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 13:04

mer

La Syrie a accepté la destruction de son stock d’armes chimiques.

La Norvège, pour sa part se serait engagée, de pair avec le Danemark, à fournir des navires pour contribuer au transport des armes chimiques syriennes vers le lieu de leur destruction. Mais aucune solution ne semble avoir été trouvée pour les éliminer.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques envisagerait de détruire les 1.000 tonnes d’armes chimiques de la Syrie en mer,  cette option (certainement parce-que la moins coûteuse)  pourrait être retenue si aucun pays n'accepte que la destruction ait lieu sur son sol.

«Cette possibilité serait  à l’'étude depuis un certain temps déjà, elle le serait toujours et elle ferait partie des diverses pistes envisagées par les Etats membres et tant qu’une décision n’a pas été prise, ça reste une possibilité», a indiqué Christian Chartier, le porte-parole de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).


L’'association MOR GLAZ  déplore  et « constate »  que le mauvais cap vient d’être indiqué.

 

L’'association MOR GLAZ demande aux Organisations, Associations, aux Défenseurs de la mer et à l’Etat français de se mobiliser pour empêcher une telle démarche en tous point inacceptable, nocive et dangereuse pour   la mer, la faune et la flore, contre l’Homme. D’'autres solutions respectueuses de la santé et de l’'environnement doivent être envisagées. Elles existent, mais des moyens, financiers notamment, doivent être trouvés. Il doit y en avoir forcément.

  

Le problème est en fait de laisser fabriquer de telles armes, qui sont fabriquées pour détruire et tuer. Comme toujours le danger est fabriqué avant même de savoir comment il pourrait être détruit.


L'’association MOR GLAZ constate que les deux pays du Nord souvent donné en exemple   pour leur respect pour l’environnement seraient disposés  à rendre service.


L’association MOR GLAZ déplore cette fois encore un double langage sur le respect de l’environnement.  Monsieur  Philippe MARTIN Ministre  de l’Ecologie et de l’Environnement, ne déclarait-il pas le 28 octobre 2013 à Ajaccio lors d’un colloque des mesures fortes pour protéger la Mer et les Océans, il doit empêcher une telle dérive contre l’'homme et l’'environnement.


Aujourd’hui, même si la France doit aller au-delà, de son annonce d’apporter son expertise pour la destruction des armes chimiques, la France doit  se prononcer clairement et publiquement pour le rejet de toute immersion en mer des armes chimiques syriennes.

 MOR GLAZ

 

 

 

                                  www.morglaz.org

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:20

Le cargo panaméen de 150 m Captain Tsarev est à l’abandon à Brest depuis cinq ans. L’association Mor Glaz interpelle les autorités

Le Captain Tsarev était arrivé à Brest en novembre 2008 à la suite d’une avarie machine. L’armateur n’a pas payé, ni la réparation, ni les salaires des marins. La France avait dû les rapatrier à ses frais. Et depuis ? Rien ou presque. C’est ce que dénonce l’association Mor Glaz, qui avec le syndicat ITF mènera une action symbolique jeudi. Elle constate que l’armateur grec Chester Shipping « a fait le choix de laisser au contribuable français sa poubelle ». Pour autant, l’Etat ne s’est pas encore saisi du dossier.


C’est avant tout « un litige entre personnes privées », plaide Hervé Thomas, délégué mer et littoral à la préfecture du Finistère (DDTM). Les créanciers, dont la chambre de commerce où le Captain Tsarev laisse plusieurs dizaines de milliers d’euros de frais de port impayés n’a pas attaqué en justice. Donc pas de saisie. La Région, autorité portuaire, devrait engager une procédure de déchéance de propriété, qui débouchera normalement sur une vente pour la démolition. Mais les échéances restent très incertaines.

 

http://www.ouest-france.fr/cargo-captain-tsarev-un-navire-scotche-brest-depuis-cinq-ans-1744138

 

 

MOR GLAZ 

 

COMMUNIQUE    Landerneau le 25 novembre 2013

 

 

Voilà 5 ans que le cargo « CAPTAIN TSAREV » est scotché dans le port de Brest,  ce navire (enfin ce qu’il en reste) appartenait à un « pseudo-armateur »

 

L’association MOR GLAZ et ITF (Syndicat International des transports) après  avoir obtenu en mai 2009 les arriérés de salaire soit 228.000 dollars pour les marins Ukrainiens et Russes constatent que le « pseudo-armateur » a fait le choix de laisser à la charge du contribuable Français sa poubelle.

 

Actuellement dans le port de Brest se trouvent  2 navires abandonnés depuis près de 2500jours.

 

● Que fait l’administration chargée de ces dossiers ?

 

●Qui fait quoi ?

 

●Que fait l’Etat du pavillon de ces navires  le Panama ?

 

Pourquoi l’administration Française est-elle aussi lente face à ces « pseudo-armateurs » qui ternissent le transport maritime, qui ne respectent ni l’Homme, ni l’Environnement et aucune règle commerciale.

 

 

 

L’association MOR GLAZ a donc décidé de commémorer ce 5ème anniversaire par une action symbolique, au port de commerce de Brest le jeudi 28 novembre 2013 à 14h00

 

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marins
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 11:03
Le succès fou d’une pétition sur la pêche

En 48 heures, une pétition contre la pêche en eaux profondes est passée de 26 000 à plus de 250 000 signatures. La raison ? Un post sur le blog d’une dessinatrice, Pénélope Bagieu.


 

Petit retour en arrière. Au mois de mars dernier, la jeune femme assiste à une conférence TEDxParis [1], où Claire Nouvian, directrice de Bloom, présente l’action de cette association contre la pêche en eaux profondes.
Pénélope Bagieu décide alors de s’investir :


« Je voulais faire quelque chose à mon échelle, à part un chèque. Je lui ai alors proposé de mettre en images son discours, de le rendre un peu plus digeste, et compréhensible en 3 minutes. Internet nous offre la chance de pouvoir interpeller facilement l’opinion publique. »


Elle utilise alors la BD comme « cheval de Troie, c’est-à-dire qu’on lit, on comprend, sans même s’en rendre compte ».
Elle revient notamment sur la biodiversité exceptionnelle et méconnue des fonds sous-marins et explique les conséquences dévastatrices de la pêche en eaux profondes, qui détruit tout sur son passage.


Elle dénonce aussi le fait que cette technique est subventionnée et désigne Intermarché, qui possède 6 des 9 bateaux français autorisés à pratiquer ce type de pêche. Claire Nouvian résume ainsi le travail de la dessinatrice :

« Elle a réussi à aborder un sujet très sérieux, à inclure des chiffres précis tout en aboutissant à un travail drôle. En quelques minutes, vous avez compris toute la toxicité de ce modèle économique de façon simple et amusante. »

Pour finir, Pénélope renvoie vers la page de la pétition. Or, son compte twitter affiche plus de 114 000 abonnés. « Elle nous a alors prévenus que d’ici à la fin de semaine, nous devrions atteindre les 100 000 signatures. Pour nous, 20 000 de plus, ça aurait déjà été une petite victoire. »

« Le gouvernement ne peut ignorer une telle mobilisation »

Les deux femmes sont loin du compte. La page de la BD est « likée » 192 000 fois en 48 heures, retweetée 5 000 fois, partagées sur Facebook à tout-va… L’affluence sur le site de Bloom pour signer la pétition est telle que les serveurs de l’association lâchent.


« On était déprimés. Imaginez, on bosse sur ce sujet depuis dix ans, ça fait dix ans qu’on souhaite une telle audience et, tout d’un coup, ça nous arrive. Toutes les campagnes rêvent de devenir virales. Là, ça devient le cas, et la technique nous lâche… »


Finalement, les serveurs finissent par repartir, et la pétition continue d’engranger des signatures. Forte de ces nouveaux soutiens, l’association interpelle les responsables politiques : François Hollande, Frédéric Cuvillier, ministre en charge des questions de pêche, ou encore Alain Cadec, député européen et vice-président de la commission en charge de la pêche.  Publié le 26 novembre 2013 par Politis


http://www.politis.fr/Le-succes-fou-d-une-petition-sur,24606.html


La pétition : http://petition.bloomassociation.org/

L'association Bloom : http://www.bloomassociation.org/

 


Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans ressource
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:13

imunidade

 

L'Etat français a introduit un pourvoi devant la Cour suprême espagnole contre la décision de la justice espagnole qui a acquitté, mi-novembre, les trois accusés du naufrage du pétrolien libérien Prestige. 

Ce naufrage, survenu en novembre 2002, avait provoqué l'une des pires marées noires de l'histoire.

La France souhaite ainsi "faire reconnaître l'existence d'une infraction pénale d'atteinte à l'environnement en raison des actes commis par le capitaine et l'équipage", ont indiqué la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et le ministe de l'Economie, Pierre Moscovici.

Parallèlement, le Parquet de La Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne, a annoncé sa décision de déposer un recours en cassation après le verdict du 13 novembre. Le Parquet, qui avait réclamé entre cinq et douze ans de prison pour les accusés, dont le commandant du pétrolier, espère obtenir "réparation" du préjudice sur l'environnement provoqué par la marée noire. 22 novembre 2013 à 16h14  AFP

 

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/europe/naufrage-du-prestige-apres-les-acquittements-la-france-depose-un-pourvoi-22-11-2013-2312329.php

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 11:07

frankenfish

Marine Harvest, le numéro un mondial de l'élevage de saumon, promet 60 euros à toute personne qui capturera l'un des milliers de saumons qui se sont fait la belle pendant une tempête ce week-end.

*

Marine Harvest veut récupérer les poissons qui se sont échappés de leur bac d'élevage pendant une tempête ce week-end. Le producteur de saumon norvégien offre 60 euros par saumon rapporté. Et il y en a quelques milliers qui ont profité de la tempête qui a balayé la côte ouest de la Norvège ce week-end pour s'enfuir de leur bac endommagé. La structure en contenait 127.000 et le groupe norvégien ne sait pas combien se sont fait la belle.

*

Mauvaise affaire pour Marine Harvest

Marine Harvest, qui va fermer ses usines de Chateaugiron (35) et Poullaouen (29) a placé des filets dans les eaux environnantes pour tenter de rattraper les fuyards, qui pèsent dans les 2 kg, et s’engage donc à verser 500 couronnes (60 euros) par animal capturé vivant. Le groupe risque une grosse amende si la justice s'empare de l'affaire et sanctionne le groupe.

*

Fléau pour l'écosystème

Chaque année plusieurs milliers de saumons d'élevage, parqués dans des bacs immergés en mer parviennent à s'échapper. Les professionnels ont réussi à réduire leur nombre (38.000 saumons échappés en 2012 contre 921.000 en 2006 selon la Direction norvégienne des pêches). Cependant ces évasions sont comme un fléau pour l'écosystème marin, surtout pour les adversaires des fermes piscicoles en mer. Ils dénoncent notamment l'altération du patrimoine génétique des saumons sauvages en cas de croisement entre les deux espèces et le risque de transmission de maladies avec à terme le risque d'extinction de l'espèce. Sylvaine Salliou (avec AFP)

*

Publié le 19/11/2013 | 07:20, mis à jour le 19/11/2013 | 07:20

*

http://bretagne.france3.fr/2013/11/19/marine-harvest-60-euros-le-saumon-fugueur-360299.html

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans ressource
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 11:07

Procès du Prestige: un verdict irresponsable (surfrider) dans Ecologie & climat prest

11 ans après le naufrage du navire Prestige qui fut à l’origine d’une marée noire historique, la justice espagnole vient de rendre son verdict et celui-ci et des plus contestables.

  En effet, le tribunal a acquitté les trois accusés, ne reconnaissant ainsi aucune responsabilité pénale dans cette affaire. Sans responsable, le question du dommage environnemental a été écartée par les juges et ne pourra donc pas faire l’objet d’une réparation pour les parties civiles.


Aucun responsable retenu pour le naufrage du Prestige Les trois accusés, à savoir le capitaine du navire, le chef des machines ainsi que l’ancien directeur de la marine marchande espagnole pour- suivis pour délit à l’environnement ont ainsi été acquittés. La seule condamnation notable étant celle du commandant pour délit de désobéissance pour avoir refusé dans un premier temps le remorquage du navire.


Le tribunal a blanchi la procédure d’éloignement du navire, manœuvre à l’origine du déver-sement de tonnes de fioul en mer. Le tribunal estimant qu’il ne s’agissait pas d’une « décision impru- dente » ne reconnait ainsi aucun responsable et coupable pour ce naufrage.


Le préjudice environnemental totalement écarté Cette décision de justice écarte tout préjudice écologique qui est pourtant ici plus qu’avéré. Pour rappel, l’échouement le 23 novembre 2002 du na- vire Prestige a provoqué le déversement de près 63 000 tonnes de fioul dans la mer causant une marée noire dont les conséquences ont concerné à la fois l’Espagne, le Portugal et le littoral français sur le grand Sud-Ouest. Cette catastrophe est à l’origine de la mort de milliers d’oiseaux et d’animaux marins et a également eu des conséquences importantes au niveau économique pour les différentes communes touchées par la marée noire.


Sans responsable dans cette affaire lié au dommage environnemental aucune réparation ne pourra être demandée. Ainsi les différentes communes partie civile au procès dont 17 com- munes françaises (Landes et Pays Basque) ne pourront être indemnisées. Si un recours au tribunal su- prême est envisageable, pour l’heure cette catastrophe reste donc impunie.


Procès Prestige et procès Erika : deux décisions de justice à l’opposé Le verdict de ces deux procès ne pourrait être plus à l’opposé l’un de l’autre. Alors qu’aucun responsable n’est reconnu pour le naufrage du Prestige, le verdict du procès Erika rendu l’année dernière, au contraire fut une victoire totale puisque la Cour de Cassation a confirmé la condamnation de la société Total mais surtout a reconnu sur le plan environnemental la notion de préjudice écologique.


La reconnaissance du préjudice écologique est une des revendications fortes que Surfrider défend depuis des années. Elle sera notamment au cœur d’une question parlementaire orale posée par un groupe de députés dont Isabelle Thomas  et Corine Lepage en décembre prochain au Parlement européen.


Si il y a eu des avancées certaines en matière de sécurité maritime depuis les accidents de l’Erika et du Prestige, notamment grâce à l’adoption des paquets législatifs Erika I, II et III, les accidents liés au transport maritime reste une problématique plus que d’actualités, en atteste la marée noire survenue cet été en Afrique du Sud. C’est pourquoi, Surfrider continue plus jamais de défendre et porter ses revendications au niveau national et européen sur les questions de sécurité maritime.


Emilie Chavaroche, Rédactrice environnement

http://blog.surfrider.eu/2013/11/13/proces-prestige-verdict-irresponsable/

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 10:39

mer

Le syndicat mixte Vigipol, qui regroupe 109 communes du littoral breton, a vivement réagi au prononcé du jugement du tribunal de La Corogne dans le procès du naufrage du pétrolier Prestige.

 

Celui-ci a relaxé de l’infraction de pollution les trois prévenus (le commandant et le chef mécanicien du navire, ainsi que le directeur de la marine marchande espagnole) faute de preuve suffisante.


Une décision « scandaleuse et inquiétante », selon Vigipol, qui s’était constitué partie civile. « Il était déjà étonnant de constater que le propriétaire et les responsables de l’exploitation et de l’entretien du navire n’étaient pas poursuivis. Il est aujourd’hui incompréhensible que la justice espagnole acquitte les trois accusés alors même que de nombreuses fautes ont été mises en lumière au cours des audiences, tant dans la conduite du navire que dans la gestion de la crise ».


« Il est inconcevable qu’aucun responsable n’ait été identifié et sanctionné pour une marée noire d’une telle ampleur. Cette décision va à l’encontre de la prévention des accidents maritimes et remet en cause le droit des victimes à obtenir réparation », poursuit le syndicat mixte. Qui par conséquent envisage désormais d’interjeter appel de cette décision, « en concertation avec la région Bretagne et le Syndicat mixte de protection du littoral landais ».

 

http://www.meretmarine.com/fr/content/vigipol-denonce-lissue-du-proces-du-prestige

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 13:39

 3Vadot

Avec l’appui de… la Société Générale

Un colossal gisement de charbon attire toutes les convoitises. Neuf mines géantes sont en projet en Australie, dans l’Etat du Queensland. Avec voies ferrées et terminaux portuaires. Des émissions de CO2 par millions. Et une menace considérable pour la grande barrière de corail, classée au patrimoine mondial de l’humanité, qui longe le littoral. C’est une banque française, la Société Générale, qui conseille les investisseurs d’Alpha Coal, le projet minier le plus avancé.


Ah les côtes australiennes : sa grande barrière de corail, son surf, sa faune marine… Et ses futurs terminaux gaziers et charbonniers, ses convois de tankers chargés de bauxite, son nouveau record en terme de pollution. C’est bien ce qui se profile sur le littoral du Queensland, célèbre pour abriter au large le plus grand récif corallien du monde. Exit les tortues de mer ou le balai des mammifères marins, place au progrès, place au charbon !


Car à 350 km à l’intérieur des terres, des gisements de charbon intéressent particulièrement les investisseurs : neuf méga projets de mines sont à l’étude. L’un d’entre eux, le projet « Alpha Coal », a obtenu le feu vert du gouvernement australien l’année dernière. Et c’est une banque française, la Société Générale, qui est en charge de l’étude de faisabilité. La plus grosse fortune australienne, Gina Rinehart, liée aux milieux climato-sceptiques et opposante à la taxe carbone australienne (lire notre article), s’est associée au conglomérat indien GVK. Leur objectif : extraire 30 millions de tonnes de charbon par an pendant trente années et l’acheminer vers les côtes du Queensland. Via un futur terminal géant, Abbot Point, et grâce à une voie ferrée construite à cet effet, la houille sera expédiée vers des horizons avides en source d’énergie, en particulier l’Asie.


Deux fois la pollution en CO2 de la France Si l’étude de faisabilité se révèle favorable, le projet minier « serait le premier d’une série d’autres déjà planifiés dans le bassin de Galilée et jouerait donc un rôle central dans l’ouverture de la région à l’exploitation minière », estiment une cinquantaine d’organisations environnementales françaises, australiennes et internationales, dans une lettre envoyée à Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale. Si la totalité des neuf méga-mines de charbon en projet se concrétisait [1], le bassin de Galilée deviendrait à lui seul la septième région la plus polluante du monde, évalue un rapport de Greenpeace Australie [2]. Il émettrait 705 millions de tonnes de CO2 par an, soit deux fois les émissions de CO2 rejetées par la France ! Alpha Coal contribuera à ces émissions à hauteur de 10%.


Sans oublier les lourds impacts locaux. La mine géante se situe à proximité d’une réserve naturelle, Bimblebox, et d’une forêt tropicale. Pire, « la Grande Barrière de Corail classée au patrimoine mondial serait gravement touchée par le changement climatique et l’acidification des océans résultant de la combustion d’énergies fossiles et l’industrialisation côtière induites par le port géant proposé à Abbot Point – lequel deviendrait le plus gros port charbonnier du monde. Mettre en péril ce site de l’Unesco – un des sites classés au patrimoine mondial les plus connus sur Terre – menacerait des habitats naturels, la biodiversité et des espèces migratoires », ajoutent les associations. Avec les nouveaux terminaux portuaires, 11 000 cargos et tankers navigueront chaque année entre côtes et coraux. Faudra-t-il rebaptiser la Mer de Corail en Mer de Charbon ?


De la communication à la réalité Pour que la première roche anthracite sorte de la mine, encore faut-il que le conglomérat réunisse 11 milliards de dollars. Les conseils de la Société générale seront donc déterminants. Si le projet se révèle rentable, il y a de grande chance pour que ce soit la banque française qui accorde une partie des crédits tout en allant démarcher d’autres investisseurs. « Pour toutes ces raisons, nous croyons que poursuivre le conseil sur le financement du projet Alpha Coal serait hautement irresponsable », interpellent les associations, enjoignant le PDG Frédéric Oudéa de se « retirer immédiatement et publiquement d’Alpha Coal », comme l’a fait la banque états-unienne Citigroup. Frédéric Oudéa n’a, pour l’instant, pas répondu. En attendant, la banque française a été nominée au Prix Pinocchio 2013.


Sur son site Internet, la Société générale se vante d’avoir réduit ses émissions de CO2 de 20% en quatre ans, d’avoir mis en place une « taxe carbone interne » et financé « des projets de compensation carbone » [3]. Si Alpha Coal se concrétise, la banque ne dit pas combien de dizaines de millions d’euros elle prévoit de consacrer pour compenser sa contribution à l’une des plus grosses pollutions futures et pour protéger la Grande barrière de Corail menacée d’extinction. Selon un rapport du Réseau Banktrack sur les investissements dans l’industrie des mines de charbon, à paraître le 15 novembre, la Société générale se classe 22ème, avec 1,3 milliard d’encours dans des projets jugés polluants. Mais sur cela, on ne communique pas. Par Ivan du Roy 14 novembre 2013

 

Notes:

[1Les autres concessions sont détenues par des groupes miniers australiens, brésilien (Vale do Rio Doce), chinois et indiens, alliés à des fonds d’investissements.

[2Cooking the Climate Wrecking the Reef, The global impact of coal exports from Australia’s Galilee Basin, à lire ici (en anglais).

[3Voire cette page.


Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

http://www.bastamag.net/article3516.html

 

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:56

imunidade

*

La justice espagnole a acquitté les trois accusés du Prestige pour la marée noire qui avait souillé les côtes espagnoles, mais aussi portugaises et françaises, en novembre 2012. 

 

En revanche, elle a condamné le commandant grec à neuf mois de prison pour avoir refusé de faire remorquer le pétrolier avant le naufrage, provoqué par une voie d'eau.

Le commandant, le chef mécanicien, grec lui aussi, Nikolaos Argyropoulos, et le directeur de la Marine marchande

espagnole de l'époque, José Luis Lopez-Sors, ont été acquittés pour les délits "d'atteinte à l'environnement et à des
espaces naturels protégés", selon le jugement lu ce mercredi à La Corogne devant le tribunal supérieur de Galice, onze ans jour pour jour après le premier SOS lancé par le Prestige.

Le Parquet avait requis entre cinq et 12 ans de prison contre les trois accusés. Pour les deux membres d'équipage, le tribunal a estimé qu'ils ignoraient le mauvais état du navire. Concernant le responsable de la Marine marchande, il a jugé que la décision d'éloigner le pétrolier des côtes était justifiée. 
 
En revanche, le commandant du navire a été condamné à neuf mois de prison pour "désobéissance grave à
l'autorité", pour avoir refusé dans un premier temps à faire remorquer le navire vers le large comme le lui demandaient
les autorités espagnoles.


Le commandant échappera toutefois à la prison en raison de son âge, 78 ans.  Le premier SOS avait été lancé le 13 novembre 2002, lorsque le Prestige, un pétrolier libérien à coque simple battant pavillon des Bahamas, construit en 1976 et chargé de 77.000 tonnes de fuel, subissait une voie d'eau en pleine
tempête, au large de la Galice.

Pendant six jours, le navire, sa coque déchirée, avait dérivé en pleine tempête, les pouvoirs publics ayant pris la
décision controversée de l'éloigner des côtes au lieu de le faire rentrer dans un port pour y contenir la fuite.
Le pétrolier s'était finalement brisé en deux et avait coulé à 8 heures du matin le 19 novembre, à 250 kilomètres des
côtes par près de 4.000 mètres de fond, crachant 67.000 tonnes d'un fuel épais et visqueux qui avait pollué plus de
1.700 kilomètres de littoral, en Espagne, mais aussi au Portugal et en France. 13 novembre 2013 à 12h32 

 

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/europe/maree-noire-du-prestige-acquittes-13-11-2013-2301854.php

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans marées noires - pollutions
commenter cet article

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg