Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 09:57

110214201606330 18 000 apx 470

samedi 14 avril 2012

Elle demande en préambule « une expertise scientifique, indépendante et supranationale » sur la prolifération des algues vertes « car elle relève de mécanismes complexes ».
Cette expertise serait versée au dossier d'évaluation future des cinq plans anti-algues vertes en préparation dans le Finistère. Poussée par le calendrier, la chambre a déjà signé la charte de territoire de la baie de Fouesnant-Concarneau.
« Nous l'avons fait car nous avons obtenu des avancées significatives lors des négociations avec les élus et l'État, explique Jacques Jaouen, le président de la chambre. Il espère faire bouger les lignes pour les quatre autres baies algues vertes : Douarnenez, Le Douron, Quilli-Madec et le Horn-Guillec.
Pour la chambre, le volontariat des agriculteurs doit rester la règle. Elle rappelle au passage « que les mesures de reliquats d'azote ont été conçues comme des outils pédagogiques pour amener l'agriculteur à progresser et qu'ils ne doivent en aucun cas devenir des outils réglementaires ou servant de base à des contrôles ». Les chartes doivent aussi écrire noir sur blanc « le montant des financements prévus pour les actions et les conditions d'évolution des exploitations » sans oublier les moyens de financement.

Le temps presse


Les chartes devraient néanmoins être signées dans les prochaines semaines. Le temps presse. L'État a en effet fixé comme objectif du plan anti-algues verte une baisse des teneurs en nitrates de 30 % d'ici à 2015 par rapport aux concentrations de 2007.

 

Toujours dans le dossier environnement, Thierry Merret, président de la FDSEA s'étonne « que l'Inra et l'association halte aux marées vertes » représentent la Bretagne à la « Green Week » à Bruxelles » du 22 au 25 mai ».

 

Il y voit comme un parti pris anti-paysan. Il pointe également « le document à charge contre les agriculteurs cosigné par la région Bretagne et l'association Eau-et-Rivières dans le troisième numéro de la revue l'Archipel des Régions ».

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Algues-vertes-oui-mais-de-la-chambre-_40734-2066169------29019-aud_actu.Htm

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 12:36

110214201606330 18 000 apx 470


Marc Le Fur, député UMP des Côtes-d’Armor et membre actif du Club des amis du cochon au Parlement (Raphaël Krafft)


Les éoliennes. Depuis le début de ce voyage, nous avons l’impression de surtout les voir pousser près des futurs centres d’enfouissement de déchets nucléaires (Bure, dans la Meuse) ou des centrales atomiques (Penly, en Seine-Maritime), une sorte de signalisation verticale comme plantée là pour endormir le cycliste en goguette, l’air de dire « tout va bien, vous pouvez passer votre chemin ». C’est à se demander si leur présence dans ces lieux relève de la communication environnementale ou de la schizophrénie. Marc Le Fur, député (UMP) des Côtes-d’Armor, vice-président de l’Assemblée nationale, membre actif du Club des amis du cochon au Parlement, ne dit pas autre chose :

« Arrêtez de me parler des algues vertes, c’est un problème de journalistes parisiens qui ne voient la Bretagne que par ce prisme. Pourquoi ne vous intéressez-vous pas aux efforts considérables que nous avons fait pour développer l’énergie éolienne dans les Côtes-d’Armor ? »

Nous avons beau lui dire que ce n’est pas l’objet de notre halte dans la région, que ce qui a trait aux éoliennes sera sans doute coupé au montage, rien à faire, Marc le Fur refuse de nous parler des algues vertes, de l’agriculture productiviste et de son impact sur l’environnement. C’est presque excédé qu’il nous dit :

« Dans cette période de crise que nous traversons, il faut distinguer l’essentiel de l’accessoire. L’essentiel, c’est l’emploi ; l’écologie, c’est accessoire. »

 

 

 http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/04/10/un-cochonnier-breton-sarkozy-naime-pas-le-monde-agricole-231012

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 12:34
Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 10:21

arretez-vos-salades

10 avril 2012 - 

 

«L'enfer vert des Bretons», le documentaire sur les algues vertes du réalisateur douarneniste, Mathurin Peschet, sera projeté demain à Plonévez-Porzay, en présence de l'auteur.

 

«L'agriculture et les élevages intensifs sont souvent désignés comme responsables des marées vertes... Mais est-ce si simple?», questionne-t-on dans la présentation du film. MathurinPeschet a mené l'enquête pour remonter aux sources de la pollution. Déjà diffusé à des heures tardives ou matinales sur France 3, «L'enfer vert des Bretons» tourne un peu partout en Bretagne.

 

Une tournée bretonne pilotée par l'association Daoulagad Breizh, connue pour l'organisation du festival de cinéma de Douarnenez. À Plonévez-Porzay, le partenariat s'est noué avec la bibliothèque. «À chaque fois, les débats qui suivent la projection sont intéressants et constructifs», confie Mathurin Peschet. C'est à ce réalisateur indépendant, né en 1973, que l'on doit ce documentaire de 52', coproduit par Mille et Une Films et France Télévisions.

Des paysans «respectés»

«La semaine dernière, à Morlaix, une discussion, vive mais courtoise, s'est engagée entre le président de la FDSEA, un porte-parole de la Confédération paysanne et des scientifiques qui n'ont évidemment pas tous la même approche du problème posé par les algues vertes.

 

Des paysans m'ont dit qu'ils ne se sentaient pas stigmatisés par mon film et même respectés.» Il est vrai que, même si MathurinPeschet ne fait pas mystère de son opposition au modèle agricole productiviste, il n'a pas souhaité faire oeuvre de militantisme. «J'ai voulu comprendre et expliquer». Un travail qui lui aura pris deux années, rencontrant aussi bien des consommateurs que des agriculteurs, bio ou pas, des scientifiques, des écologistes, des représentants de l'État...

Des questions simples et des réponses claires

Entre ces reportages de terrain, Mathurin Peschet intercale des images d'archive sur la naissance du modèle économique breton. «La Bretagne doit se considérer comme un immense élevage de viande!», proférait Edgar Pisani, ministre de l'Agriculture de l'époque. En citoyen curieux, le réalisateur se met candidement en scène, posant des questions simples pour obtenir des réponses claires. Et tout devient limpide.

Pratique Projection de «L'enfer vert des Bretons», suivie d'un débat, mercredi 11 avril  à 20h30, salle municipale de Plonévez-Porzay.

 

http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/chateaulin/algues-vertes-un-film-pour-comprendre-10-04-2012-1664739.php

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 15:53

arretez-vos-salades

 

Café l'Eloge de la Lenteur à Vannes / 10 Avril à 20H30

Salle communale à Plonevez-Porzay / 11 Avril à 20H30

Les Champs Libres à Rennes / 12 Avril à 20H30

Cinéma Agora à Chateaulin / 24 Avril à 20H30

Cinéma Argoat à Callac / 25 Avril à 20H30

Cinéma Le Club à Locmine / 26 Avril à 20H30

Cinéma du port à L'île-Tudy / 28 Avril à 19H30

Cinéma Le Rex à Crozon / 10 mai à 20h30

Cinéma La Bobine à Quimperlé /23 mai à 20h30

Cinéma Le Sévigné à Cesson-Sévigné / 24 Mai à 20h30

Maison Pour Tous de Kerfeunteun à Quimper / 25 mai à 20h30

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 14:38

110214201606330 18 000 apx 470

3 avril 2012 à 07h39 - 

    La Bretagne est malade de ses algues vertes mais elle se soigne. C'est, en substance, le message de la Région à la presse et aux tour-opérateurs étrangers. Elle prend les devants à l'approche de la saison estivale.

    C'est un chewing-gum qui lui colle aux sabots. Les algues vertes sont à la Bretagne ce que les feux de forêt sont au Midi de la France. Un fléau récurrent qui vient, dès les premiers beaux jours, défrayer la chronique. Ce problème grave et préoccupant qui dégrade l'image de la Bretagne est un «marronnier» pour la presse nationale et internationale qui en fait ses choux gras. La mort d'une trentaine de sangliers, l'an dernier, sur le littoral costarmoricain a, de plus, alimenté la polémique.

    Mauvaise presse

    De quoi inquiéter les professionnels du tourisme: quel impact ces nouveaux épisodes auront-ils sur la fréquentation? Pour Michaël Dodds, directeur du Comité régional du tourisme, l'effet négatif de cette saga estivale a été très localisé mais néanmoins perceptible du côté des campings de la baie de Saint-Brieuc qui travaillent avec la clientèle allemande et néerlandaise.

     

    «Nous avons eu très mauvaise presse en Angleterre mais surtout en Allemagne et aux Pays-Bas. Les articles publiés dans ces pays donnaient l'impression que la Bretagne allait tout faire pour masquer la situation. Cela nous a fait mal car nous sommes transparents sur la question», ajoute Michaël Dodds.

    Pour ne pas laisser croire que la Bretagne veut dissimuler son problème et qu'elle reste les bras croisés, le conseil régional, co-financeur du plan algues vertes, a donc organisé, cette semaine, un voyage de presse à l'intention de journalistes français et étrangers. Objectif: expliquer que, sur les secteurs les plus touchés, huit baies au total, le combat contre les algues vertes est engagé en toute transparence.

     

    Au programme de ce voyage: visites en baies de Lannion (22) et de Concarneau (29), avec explication du phénomène des marées vertes, présentation du plan de lutte État-Région; présentation des moyens de ramassage mis en place; visite d'une ferme laitière pilote ainsi que d'une plate-forme de compostage des algues. Collectivités, chambres d'agriculture et l'association environnementaliste Eau et Rivières ont été invitées à ces deux journées pour exprimer leurs points de vue.

    «Sécurité assurée»

    «Ce n'est pas une opération de communication. On veut simplement faire de la pédagogie, expliquer et présenter le phénomène, sans tabou, ainsi que les moyens mis en oeuvre à travers des exemples concrets. On veut éviter la caricature. L'an dernier, on avait l'impression que toutes les plages bretonnes étaient vertes et fermées», souligne-t-on dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian, président de la Région.

    «Dans le passé, on avait plutôt une posture réactive. Cette année, à cause de la tension médiatique, on est proactif auprès des tour-opérateurs et de la presse. On va renforcer notre dispositif d'information sur le sujet et dire à nos visiteurs que tout est fait pour garantir leur sécurité. Dans les baies concernées, les offices de tourisme ont été formés pour répondre aux questions et des plaquettes d'information qui expliquent la réalité du phénomène sont mises à disposition».

    • Frédérique Le Gall

    http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/algues-vertes-la-bretagne-soigne-son-image-03-04-2012-1655507.php

    Repost 0
    Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
    commenter cet article
    5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 13:03

    arretez-vos-salades

    Par Nolwenn Weiler (5 mars 2012)


    Adoptée en 1991, la directive européenne concernant la lutte contre la pollution de l’eau par les nitrates a été suivie d’effets très inégaux en France.

     

    Et que la Commission européenne juge tout à fait insuffisants. À tel point qu’elle a annoncé il y a peu qu’elle s’apprêtait à porter l’affaire devant la Cour de justice européenne. Ce n’est pas la première fois que la France, championne de l’agriculture intensive et des algues vertes (qui se repaissent de nitrates), est rappelée à l’ordre sur ce dossier. En 2009, déjà, l’Hexagone avait été mis en demeure. Des plaintes de l’association Eaux et Rivières de Bretagne, concernant la question des algues vertes, se sont ajoutées au contentieux.

     

    Il faut maintenant attendre plusieurs mois avant de connaître la décision de la Cour de justice européenne, qui interviendra avant une éventuelle condamnation financière. Celle-ci risque d’être lourde : sans doute plusieurs milliers d’euros pas jour. La menace suffira-t-elle à faire plier la France qui, sous la pression des lobbies agricoles a assoupli l’année dernière les conditions d’épandage de déjections animales, à l’origine des surplus de nitrates, notamment en Bretagne ?

    Repost 0
    Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
    commenter cet article
    27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 10:34

    110214201606330 18 000 apx 470

    Environnement lundi 27 février 2012

    La France poursuivie par Bruxelles pour pollution aux nitrates.

    La Commission européenne a décidé de poursuivre la France en justice pour ne pas avoir pris des mesures suffisantes afin de lutter contre la pollution des eaux aux nitrates, a indiqué une source européenne.


    Une législation européenne à ce sujet existe depuis 1991 mais la Commission reproche à la France de ne toujours pas s’y être correctement conformée. La saisine de la Cour de justice européenne à Luxembourg doit être officialisée lundi dans la journée.


    La France n’a toujours pas désigné comme vulnérables à la pollution par les nitrates des zones qui le sont au vu des données scientifiques disponibles et n’a pas encore adopté les mesures permettant de lutter efficacement contre cette pollution dans ces zones, estime la Commission dans un document.


    La directive de 1991 a pour but de protéger de la pollution les réserves d’eau en surface et en sous-sol (nappes phréatiques) en limitant l’usage des nitrates, présents dans les engrais agricoles, et en imposant des périodes d’interdiction de répandre ces engrais qui doivent alors être dûment stockés.


    Plans insuffisants


    De l’avis de l’exécutif européen les plans d’action annoncés jusqu’ici par la France sont insuffisants. Il avait adressé une mise en garde en ce sens à la France le 26 octobre 2011, à la suite de quoi Paris avait accepté de modifier sa législation pour se conformer à la directive européenne.


    « Mais la lenteur des progrès et l’insuffisance des changements proposés ont conduit la Commission à transférer le dossier à la Cour de justice de l’Union européenne », indique la Commission dans son document. La France est donc potentiellement passible d’amendes importantes au bout de la procédure.


    La Bretagne particulièrement visée


    La France a maille à partir avec Bruxelles au sujet de ses nitrates, notamment en Bretagne, depuis des années. Elle a déjà dans le passé été menacée de poursuite en justice, voire même d’amendes.

    Le problème récurrent de la pollution aux nitrates dans les rivières bretonnes s’explique par la nature intensive de l’élevage et des cultures dans cette région.


    La Bretagne représente 7 % de la surface agricole française mais rassemble 50 % des élevages de porcs, 50 % des élevages de volailles et 30 % des bovins. C’est aussi une grande région de production légumière, consommant beaucoup d’engrais azotés.

     

    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Algues-vertes.-Bruxelles-poursuit-la-France-pour-pollution-aux-nitrates_6346-2049013-fils-tous_filDMA.Htm


    Repost 0
    Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
    commenter cet article
    24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 08:26

    les-mots-doux-des-anti-sarko-0 203

    24 février 2012 - 


    Le premier comité départemental des pêches du Finistère a été installé hier matin à Quimper. Sans surprise Jean-Jacques Tanguy (CFDT) a été élu président. Le syndicat s'est aussi emparé des cinq vice-présidences. Clash du côté des organisations patronales et de producteurs.

    Prévue à 12h30, la conférence de presse dans l'amphithéâtre de la CCI pour annoncer la constitution du premier comité départemental des pêches du Finistère n'a pas encore débuté.

    Philippe Le Moigne: «Un monopole...»

    La porte s'ouvre, Philippe Le Moigne (organisation professionnelle) sort en vociférant. Son coup de colère, il ne l'expliquera que sur le parking de la CCI. «Qu'une organisation qui a obtenu la majorité veuille être représentée à tous les échelons c'est normal, mais il ne s'agit pas d'établir un monopole. On se heurte à un mur. Il faut se soumettre ou se démettre», lance ce représentant des organisations professionnelles.

     

    «En général, quand le président a été élu, il ouvre son conseil à ses adversaires malheureux», précise-t-il. «C'est un blindage, cela augure mal de ce futur comité départemental» ajoute-t-il n'écartant pas la possibilité de contester le vote. Hier, la CFDT a fait le choix d'occuper les cinq vices présidences. En n'en laissant aucune aux autres candidats.

    P.Le Friant: «Aucune ouverture...»

    «C'est une parodie de représentation de la pêche. La CFDT a réussi à diviser la pêche. Il n'y a aucune ouverture, ni ouverture d'esprit», a aussi commenté sur le parking Pascal Le Friant, du syndicat des chefs d'entreprise à la pêche et candidat postulant à la présidence, puis à la première vice-présidence, avant de quitter lui-même la salle. Jusqu'à la quatrième vice-présidence les deux organisations patronales, SCEP et armateurs, auront présenté des candidats. Sans succès. «Les gens que vous avez vu partir sont quand même dans le bureau. Il faut aller de l'avant», a commenté Jean-Jacques Tanguy, le chef de file CFDT, élu à la présidence au premier tour avec 27 sièges sur 36 (*).

    «Cinq vice-présidents en activité...»

    «Ce qui est important, c'est que tous les vice-présidents sont en activité, tous les quartiers sont représentés ainsi que les différents métiers», a estimé Didier Gouyec, deuxième vice-président. «Il y a des mécontents mais ce comité est bien mis en place», a estimé pour sa part Robert Bouguéon, président par intérim du comité jusqu'à hier. «Je suis heureux de voir le comité départemental en place.

     

    La représentation de la pêche dans notre département avait besoin de cette unité et de cette cohésion dans les différents ports et dans les différents métiers. La pêche aujourd'hui est dans l'interrogation de l'évolution de la réforme de la politique européenne», a estimé, Pierre Maille, président du conseil général. Un département qui avait déjà poussé en 2008 à la création de la fédération des comités locaux. «La cession des quotas, le zéro rejet... On ne peut pas accepter de telles mesures», a commenté Jean-JacquesTanguy.

    Gazole: «Cela rouspète en mer...»

    À peine installé, le comité départemental voit pointer un dossier d'actualité: la flambée du prix du gazole. «L'an dernier, il était à 0,65€/l, depuis le début de l'année il est à 0,75 €/l. Le prix du poisson était de 3,83 €, il est tombé à 3 €», a détaillé Guy Le Moigne, premier vice-président. «L'ensemble de la profession est en train de souffrir, cela rouspète en mer. Comment valoriser le poisson en fonction du prix du gazole?», s'est-il interrogé.

    (2 Le conseil est de 40 membres. Le bureau est composé de douze membres: cinq salariés, cinq chefs d'entreprise, une organisation professionnelle, une coopération maritime.

    Lire aussi en page 8

    • Jacky Hamard

    http://quimper.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimper/ville/peche-le-comite-departemental-1oo-cfdt-24-02-2012-1611434.php

    Repost 0
    Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
    commenter cet article
    18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 08:16

    arretez-vos-salades

    Environnement jeudi 16 février 2012

    L’Union européenne a joint le dossier sur les algues à la procédure engagée contre le non-respect de la directive nitrate.


    Comment la France lutte-t-elle contre la prolifération des algues vertes sur les côtes de Bretagne et de Basse-Normandie ? L’an dernier, la Commission européenne avait envoyé soixante questions précises et attendait des réponses tout aussi précises. Paris avait traîné un peu les pieds puis fini par poster sa lettre, le 19 octobre.

     

    « Nous avons demandé à la Commission de nous le communiquer, pour le lire », explique Sandrine Bélier, députée européenne d’Europe Écologie.


    Mardi, la Commission a répondu non, car « le document fait partie de la procédure d’infraction entamée par la Commission contre l’État français au motif de l’insuffisance présumée des programmes d’action adoptés par la France dans le cadre de la directive concernant la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles. Une procédure a été ouverte, le 27 octobre 2011 ». Juridiquement, le courrier ne peut pas être rendu public.


    Les algues vertes liées aux nitrates agricoles


    « Le dossier algues vertes est donc joint au contentieux sur la directive nitrate de 1991, pour laquelle la France a été condamnée en 2001 ! », s’exclame Sandrine Bélier. Commentaire, hier soir, de la préfecture de Bretagne : « Pour nous, les deux procédures ne sont pas liées. »


    Pas liées, peut-être, mais répondant bien du même motif : infraction à la directive nitrate. « Ce qui confirme que la prolifération des algues vertes est bien liée aux nitrates d’origines agricoles », assure la députée écologiste. Qui aurait préféré que les choses se règlent à l’amiable. Et plus vite. Car la procédure risque de durer. « Et on aura encore des algues sur les plages. Et on dépensera encore de l’argent pour les ramasser ! »


    Philippe SIMON.

     

    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Algues-vertes.-Un-cran-de-plus-a-Bruxelles_6346-2045196-fils-tous_filDMA.Htm

    Repost 0
    Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans algues vertes
    commenter cet article

     

     

    Blog

    du NPA 29

    Lien

    consacré

    aux questions maritimes

    et sur Facebook

     

     

    Brest

    02 98 49 27 76

     

      Quimper

    06 59 71 42 21


    Retour page
    poisson_crise.JPG

    d'accueil

    *

      douarn-copie-1.jpg

     

    Lien

     

     

     

    AntiK212 la Une.preview

     

     

    941226_532359860143182_121203937_n.jpg

    affiche_cochonne-w.jpg

    *

     

    mer-copie-1.jpg

     

    Prestige: crime impuni

    Recherche

    3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

     

    ports.jpg

    crozon_02-53c59-99adf.jpg 

     

    u3359340149922

    426585830_ML.jpg

     

    breve-generale-copie-1.jpg

     

     

    AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

     

    arton3820.jpg