Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 10:18

greenpeace3.jpg

Environnement vendredi 24 mai 2013 

Le MV Artic Sunrise, brise-glace appartenant à l’association écologique Greenpeace, est actuellement autour de l’archipel des Glénan (Finistère), au niveau de l’île de Penfret.

 

On ne connaît pas encore la raison de sa présence ici.


Un navire de l’association Greenpeace vient d’arriver, en fin de nuit, dans l’archipel des Glénan. Quatre zodiacs viennent d’être mis à l’eau et des banderoles en anglais ont été déployées : « Messieurs les ministres, pleins de pêches, plus de poisson ». Seul élément en notre disposition, ce même bateau est attendu dimanche à Saint-Malo pour une action de sensibilisation autour de la pêche respectueuse de l’environnement. Nous ne savons pas encore si sa présence aux Glénan a un lien avec la colère des pêcheurs du Guilvinec contre le clapage des boues.

Plus d’informations à venir.


http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Archipel-des-Glenan.-Un-navire-de-Greenpeace-deploie-des-banderoles_40820-2195499_actu.Htm

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans assos maritimes
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 11:48

10 février 2013 

 

Agrandir le texte

Dans un référé qui vient d'être rendu public, la Cour des comptes s'inquiète de l'état des phares et balises et de la difficulté de leur entretien.

C'est un coup de sonnette, ou, dans ce cas précis, de corne de brume. Dans un référé du 29 novembre, rendu public jeudi, la Cour des comptes s'inquiète, sous la plume de son président Didier Migaud, de l'avenir des 120 phares français (250 si l'on comptabilise les feux et les maisons-phares).

 

« Certaines solutions ont permis de limiter leur dégradation grâce à une forme de surveillance et d'entretien » depuis les années 2000 et le départ des gardiens, écrit la Cour, mais « limitées, elles ne suffisent pas à réduire le risque de dégradation de l'ensemble du patrimoine identifié ». Elle pointe notamment le fait que les opérations prescrites lors du Grenelle de la Mer, en 2010, n'ont « pas abouti ». « Il en résultera des dépenses accrues d'entretien, voire de nouvelles lourdes dépenses de remise en état et des dommages collatéraux sur les sites protégés adjacents », écrit la Cour.

Quid du Conservatoire du littoral ?

Parmi les problèmes à régler, le statut du Conservatoire du littoral, en charge d'une soixantaine de sites. « Une modification législative serait nécessaire », écrit la Cour, pour étendre sa mission « au patrimoine culturel des sites sauvegardés lorsqu'il présente un intérêt particulier ». Mais il va également falloir, estime-t-elle, que l'État tienne ses promesses. « Contrairement à l'annonce faite, il n'est pas envisagé de lui confier de ressource supplémentaire », écrit-elle avant d'ajouter : « Loin d'augmenter, la quote-part [de la taxe sur la francisation des navires, NDLR] a été réduite en 2012 (...).

 

Aucune visibilité en termes pluriannuels » ne lui a non plus été donnée. Avec deux risques à l'horizon : un alourdissement de ses charges et le fait que « l'établissement engagerait sa crédibilité, voire sa responsabilité, si devait advenir une dégradation des sites ». Pour résumer, le Conservatoire risque d'être submergé tant financièrement que juridiquement. Dur. Le référé pointe également des manquements dans les accords passés avec certaines associations autorisées à occuper périodiquement les lieux. On ignorait, hier, la position du ministère de l'Écologie sur le sujet.

  • Benjamin Brehon

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/phares-et-balises-l-inquietude-de-la-cour-des-comptes-10-02-2013-2000287.php

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans assos maritimes
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 08:23

AL FARABI INDEX-copie-1
                                                                                                              

                                                                                        Landerneau le 2février 2011


L’Océanisation de l’ancien Porte hélicoptère « Jeanne d’Arc » préconisée par une association de l’île de la réunion serait une dérive grave. Pourquoi aussi ne pas Océaniser tous les vieux navires militaires, de commerce, de pêche, de plaisance et tous nos déchets encombrants.

De la pointe Bretonne (confrontée aux pollutions maritimes et terrestres) cette idée est mauvaise, toutes les conséquences n’ont pas été mesurées, ainsi que la jurisprudence et les prétextes que cela pourraient engendrer. Cela pourrait rapidement devenir le moyen de se débarrasser à moindre coût des vieux navires et de tous les objets embarrassants. Quelle aubaine pour certains peu ou pas scrupuleux du monde maritime et industriel. Au moment ou la Marine Nationale opterait pour certaines déconstructions de ses vieux navires en France, dans des chantiers respectueux de l’Homme et de l’Environnement, l’idée de l’association Nautilus de faire Océaniser l’Ex-Jeanne d’Arc ne doit pas faire son chemin. L’association MOR GLAZ  demande que cette proposition ne soit ni entendue ni retenue par quiconque………..

Certains industriels sont convaincus que la déconstruction des navires (civils et militaires) doit devenir une activité comme les autres. Certains Groupes  réalisent des investissements comme par exemple au Havre ( voir les sites  www.morglaz.org   www.brestouvert.net), des encouragements doivent être maintenus pour ces industriels. Chaque pays, chaque armateur doit prévoir la déconstruction de ses vieux navires..

Admise au service actif en 1964, la Jeanne d'Arc a été définitivement condamnée en novembre dernier, elle porte le numéro Q860. Après d'importants travaux de sécurisation de la coque et d'extraction des fluides, elle doit faire dans les prochaines années l'objet d'un appel d'offres en vue d'être déconstruite. L’association MOR GLAZ souhaite que l’Ex-Jeanne d’Arc soit déconstruite le plus rapidement possible en France par ceux qui se sont donnés les moyens de la recycler en respectant l’Homme et l’Environnement.



                                                                                   Le président de l’association MOR GLAZ
                                                                                             Jean-Paul Hellequin

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans assos maritimes
commenter cet article
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 12:52

AL FARABI INDEX-copie-1

6 janvier 2011 - 

 

Et si la France avait sciemment relâché sa vigilance en matière de chasse aux pollueurs? C'est la théorie défendue par Jean-Paul Hellequin au nom de l'association Mor-Glaz.


On l'entend parfois dans la Marine, les douanes et toutes les administrations concernées par ces pollutions en mer: les moyens auraient diminué pour la chasse aux pollueurs en mer. Moins de moyens, moins de contrôle et surtout un retentissant précédent sur les bras. Un cargo de 115m répondant audoux nom de Matterhorn, abandonné à Brest par son propriétaire après avoir été pris en action de pollution en mai 2008, au large de la Bretagne.

«Grand coup sur la tête de l'État»

«Cet abandon de navire a sérieusement ébranlé la politique engagée depuis le début de la lutte contre les pollueurs», estime Jean-Paul Hellequin. Cette affaire a montré qu'une caution trop forte pouvait mettre à mal l'ensemble du système, avec un armateur jamais condamné et surtout un navire-ventouse sur les bras. «En abandonnant son navire, cet armateur a donné un grand coup sur la tête de l'État français. Et je ne suis pas loin de penser qu'il s'agit d'une action concertée de la part des armateurs qui, lorsqu'il le faut, savent se serrer les coudes. Sans doute faudra-t-il aujourd'hui revoir à la baisse les montants de caution qui ont eu tendance à s'envoler ces dernières années».

Pas très motivant

Autre explication autour de cette diminution manifeste du nombre d'infractions constatées: les pollueurs volontaires agissent sans doute ailleurs, là où aucune patrouille n'est susceptible de les surprendre en flagrant délit. Plus au sud, plus au large, loin des yeux... «Doit-on se satisfaire de ce déplacement du problème?», appuie Jean-Paul Hellequin qui milite pour un contrôle accru des navires et un gros coup de ménage dans un milieu qui cultive l'opacité. La France n'aurait pas grand intérêt à aller courir derrière les éventuels pollueurs. L'activité coûte cher, est peu rémunératrice et, en ces temps de restriction budgétaire affichée, ne semble pas en tête des priorités gouvernementales. Surtout quand les pollueurs claquent la porte et laissent leur vieille coque en cadeau le long du quai.

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans assos maritimes
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:25


5 janvier 2011 - 

Depuis quatre ans, Mike Fincken parcourt les océans comme capitaine de l'un des bateaux les plus célèbres au monde, le Rainbow Warrior de Greenpeace. Mais ce défenseur acharné de l'environnement a d'abord été un amoureux de la vie en mer.


«Rares sont les journées sans quelque chose de remarquable. C'est peut-être la magie du RainbowWarrior qui façonne le monde autour de lui», affirme Mike Fincken, le capitaine du navire, lors d'une escale dans la baie de Manille. Il se souvient d'un petit matin où le bateau était comme attiré par une lueur orange à l'horizon. Ce n'était pas le reflet du lever du soleil mais la lave d'un volcan en éruption en plein milieu de l'océan. «Nous nous sommes rapprochés, on entendait des gargouillements, on sentait le sulfure. Et puis il y a eu ces énormes roches rouges qui jaillissaient et retombaient dans l'eau. Des sifflements et des éclaboussures. C'était la naissance d'une île», raconte-t-il, se remémorant l'un de ses plus beaux moments en mer.

Sentiment de liberté

Mike Fincken, 43 ans, n'a pourtant pas toujours été amoureux de la nature et encore moins son ardent défenseur. Il a grandi dans un petit village d'Afrique du Sud, à l'époque de l'Apartheid, fils de directeur d'une usine de jambon. Élève moyen, il entame une carrière dans la marine marchande à 18 ans, pour éviter le service militaire. Il adore la mer et l'ambiance à bord mais n'accorde aucune pensée à la protection de l'environnement. «J'ai transporté du charbon, de l'uranium, du chlorure», énumère-t-il. C'est sa femme qui est à l'origine de sa conversion, lorsqu'elle l'inscrit à un cours de jardinage bio lors d'un retour à terre.

 

«On m'a enseigné que les produits chimiques et les pesticides tuent les vers de terre. Cela a été une révélation et je suis devenu, du jour au lendemain, un protecteur acharné de la nature», dit-il en souriant. De retour en mer, Mike Fincken se renseigne sur l'environnement à chaque escale. Il entend parler de Greenpeace et rejoint l'organisation comme bénévole, au poste de second sur l'un des bateaux. «Il y avait un tel sentiment de liberté et c'était tellement excitant», dit-il en se rappelant l'un de ses premiers combats au sein de Greenpeace: la protection des forêts canadiennes, au milieu des années 90. «C'est tellement gratifiant de se mettre debout et de devoir, hélas, enfreindre la loi pour empêcher un crime plus grand», dit-il. «Tout le monde devrait s'impliquer dans l'action. Cela fait peur au départ. On brise un moule. Nous sommes conditionnés à ne pas franchir la ligne et à penser que le monde est défini par des lois». «Mais on réalise qu'en fait, ce n'est pas vrai. Ces lois sont faites par les hommes. Et beaucoup d'entre elles ne servent qu'à protéger les industries polluantes», ajoute-t-il.

Nombreuses batailles judiciaires

La détermination de Greenpeace à se battre contre ce qu'elle perçoit comme des crimes contre l'environnement a suscité la colère de beaucoup, y compris des États. Il y a 25 ans, des agents secrets français ont posé une bombe sur le premier Rainbow Warrior, lors d'une campagne contre les essais nucléaires français dans le Pacifique. Un photographe, présent à bord, était mort et cet épisode avait provoqué un énorme scandale international. Aujourd'hui, des États et de grandes entreprises continuent de vouloir réduire au silence le RainbowWarrior et les autres bateaux de l'organisation. «Nous devons désormais faire face à de très longues batailles judiciaires, qui assèchent les finances de l'organisation», s'exaspère MikeFincken, qui a été détenu à plusieurs reprises.  

 

Le récit des périples de Mike Fincken peut se lire sur: mikemate.wordpress.com.link

  • Karl Malakunas
Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans assos maritimes
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 13:35

AL FARABI INDEX-copie-1

 

 

LANDERNEAU le 20 novembre 2010

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

 

Vous venez de remanier le gouvernement. Il y a quelques mois vous nous annonciez que la mer et les activités liées à celle-ci étaient une priorité…nous en doutons puisque le mot Mer ne se retrouve pas dans aucun ministère, n’est ce qu’une simple  maladresse.

 

Malgré les propos rassurants de Mme la Ministre, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, nouvelle ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, une partie de la communauté maritime est inquiète malgré l’affirmation mercredi de la ministre que le ministère de l’écologie est bien le ministère de la mer.

 

L’association MOR GLAZ estime de son côté que de supprimer le mot Mer dans l’intitulé du ministère n’est pas un acte neutre, un simple oubli ou une banalité.

 

Monsieur le Président, quelques chiffres afin de vous rappeler que le transport maritime représente en France des milliers d’emplois, plus de 35.000 emplois de marins et de personnel sédentaire. En 2009, 110 entreprises maritimes qui opéraient plus de 1400 navires dont 700 sous pavillons français.

 

Cette flotte se développe et traduit une grande aptitude des armateurs français à saisir les opportunités de la conjoncture internationale dans le respect de l’environnement de la sécurité et de la sureté. L’ensemble des activités mer représentent plus de 310.000 emplois et pèsent plus de 52 milliards d’€. La flotte française est l’une des plus modernes au monde et d’une moyenne d’âge de moins de 6 ans.

 

40% des échanges intra-européens sont maritimes. Les échanges par mer génèrent 20 fois moins de CO2 que l’aviation, 10 fois moins que le routier et 2 fois moins que le ferroviaire. Les autoroutes de la mer sont devenues une nécessité. Le 8 septembre 2010 une ligne « l’autoroute maritime » Franco Espagnole a été inaugurée entre le port de Montoir et Gijón. L’association MOR GLAZ soutient cette initiative. Les échanges commerciaux en 2009 par la mer étaient de 8 milliards de tonnes.

Monsieur le Président, le mot Mer doit être réintroduit dans l’intitulé de ce ministère, d’ailleurs n’aurait-il pas sa place dans plusieurs ministères, industrie, tourisme, énergie, environnement, éducation etc.……… Cette activité devrait par ses multiples facettes prétendre à son ministère au même titre que la pêche, l’agriculture etc.…….

 

Monsieur le Président de la République, l’association MOR GLAZ vous demande par la présente de remettre le mot Mer à la place qu’il mérite.

 

 

Monsieur le président, veuillez acceptez, nos sincères et respectueuses salutations

 

 

Le président de l’association MOR GLAZ

Jean-Paul Hellequin

 

 

C/c : Direction des Affaires Maritimes, Secrétariat Général à la Mer, Matignon

 

 

Association MOR GLAZ 85, rue Jean-Philippe Rameau 29800 LANDERNEAU

www.morglaz.org contact@morglaz.org association.mor-glaz@orange.fr 06.84.62.44.52

Repost 0
Published by lautregrenelledelamer.over-blog.com - dans assos maritimes
commenter cet article

 

 

Blog

du NPA 29

Lien

consacré

aux questions maritimes

et sur Facebook

 

 

Brest

02 98 49 27 76

 

  Quimper

06 59 71 42 21


Retour page
poisson_crise.JPG

d'accueil

*

  douarn-copie-1.jpg

 

Lien

 

 

 

AntiK212 la Une.preview

 

 

941226_532359860143182_121203937_n.jpg

affiche_cochonne-w.jpg

*

 

mer-copie-1.jpg

 

Prestige: crime impuni

Recherche

3303355033293chxsoutien02c138a.jpg

 

ports.jpg

crozon_02-53c59-99adf.jpg 

 

u3359340149922

426585830_ML.jpg

 

breve-generale-copie-1.jpg

 

 

AL-FARABI-INDEX-copie-1.jpg

 

arton3820.jpg